Déchéance Troisieme Partie

La déchéance Troisième Partie

 

Arrivée en bas de l’hôpital, Mary était soulagée. S’avançant vers le passage piéton elle ne s’arrêta pas comme a son habitude, et ne tourna pas sa tête comme une girouette avant de traverser. Elle s’avança grandement au beau milieu de la route sans regarder si une voiture pouvait la percuter. On peut prendre ça pour un jackpot, mais c’est un camion qui arrivait droit sur Mary, qui avait les yeux comme un petit animal apeuré. Le camion s’arrêta juste devant Mary, qui avait détalé. Les gens ne regardait que Mary qui s’échappait…

 

Mary commençait a redevenir en manque de cette boule. Son objectif était d’en ravaler une le plus vite possible, a croire qu’elle pouvait tuer pour en avoir ne serrai-ce que la moitié. Elle décida alors de partir en direction de chez William, et chercher autours.

Enfin arrivée devant chez William, pas de voiture, pas de lumière. Et la faim qui venait a grand pas. La seule solution pour tenir le coup était de rentrer chez Will. Après tout, se disait elle, dans l’histoire c’est lui le fautif non ? Instinctivement, elle prit un grand bout de bois en guise d’arme a s’aventura dans le garage de Will. Elle avait l’habitude de rentrer par cette porte et savait que William ne la fermait jamais. Elle tomba sur la mère de Willy, et instinctivement elle lui frappa un grand coup sur la tête. Tout de suite, elle regarda si elle l’avait fait saigné. Oui elle saignait. Peu importe, qu’elle importante ?! Elle courut vers le frigidaire et commence a déjeuner, les mains dans les plats. Mais derrière elle, elle sentait une présence. Elle se retourna et tomba nez a nez avec le père de William. Plaqué contre le frigo, les yeux grands ouverts, elle le regardât avec un air innocent. C’était incroyable comme elle pouvait passer de l’ange au démon en quelques secondes, et inventé un mensonge sans expérience.

 

  • Ah ! Monsieur McDumnel ! Euh je venais chercher a manger et un cahier appartenant a William, c’est votre femme qui m’as autorisé.

  • Très bien Mary tu sais ou est sa chambre ?

  • Oui monsieur merci .

 

Elle avait l’air d’un ange. Aller chercher un cahier pour William, la chose incredible puisque Will n’avait pas de cahier. Elle pouvait faire avaler n’importe quoi a ces gens là, et elle comptait bien s’en servir. Elle alla donc dans la chambre de William. Non pas pour prendre un cahier bien entendu, pour fouiller et espérer trouver enfin cette drogue qui la faisait glisser dans un gouffre dont elle savait que même avec de l’aide, elle ne pourrait jamais en sortir. Maintenant qu’elle en avait pris, c’était comme coller a la peau.



Les livres de K79 |
Le phaéton véloce |
nadorculturesuite |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Oaristys
| jonathanjoyeux
| paizo2